Rester positif en temps de crise

Maintenez le cap et gardez un mental positif !

Lorsque Youperf m’a demandé de rédiger un article qui aurait pour titre « Comment rester positif en temps de crise ? », je me suis demandée : pourquoi moi ? 

Nous vivons actuellement la 3ème vague de confinement avec, cette fois-ci, fermeture des écoles.

En tant que femme entrepreuneuse, je dois donc organiser les journées des enfants, faire l’école à la maison, continuer à développer mon activité, partager l’espace de télétravail avec mon conjoint, gérer la vie du foyer au quotidien et tout cela dans un contexte de libertés restreintes. Quel programme ! Qu’allais-je bien pouvoir dire ?

Et puis, j’ai compris pourquoi on m’avait proposé cette mission.

De façon générale, je pense qu’il y a toujours deux manières de vivre les évènements. Soit on les vit, soit on les subit. Personnellement, j’ai choisi depuis bien longtemps.

Malgré la fatigue et les doutes que cette période génère, je veux rester positive et croire que les choses rentreront dans l’ordre. Je vous partage donc mes clés pour garder un mindset positif.

” “Le sentiment que n’importe quelle tâche est une nuisance disparaîtra bientôt si cela est fait dans la pleine conscience.” – Thích Nhất Hạnh

  1. Vivre l’instant présent et être en pleine conscience

La grosse problématique aujourd’hui réside dans le fait que nous sommes souvent dans la culpabilité ou la frustration. Comme nous restons à la maison pour télétravailler, nous culpabilisons de ne pas être en entreprise, nous nous sentons moins performant, nous repensons à tous les dossiers en cours et nous sommes dérangés très fréquemment. Conclusion : on y arrivera jamais !

De l’autre côté, le fait d’être à la maison nous oblige à voir tout ce qui est à faire chez soi : la vaisselle, la pelouse à tondre, ranger ou jouer avec les enfants. Là encore, la sensation de culpabilité peut vite pointer le bout de son nez.

L’astuce pour faire face à cela, c’est de vivre en pleine conscience.

En fait, il s’agit de réaliser toutes les tâches du quotidien (personnelles ou professionnelles) en y mettant toute sa concentration : écrire un mail, rédiger un compte rendu ou encore faire l’école à la maison…

Faites les choses les unes après les autres en vous y dédiant pleinement même si ce ne sont pas des tâches à forte valeur ajoutée. Et surtout essayez d’y prendre du plaisir. De cette manière, vous ressentirez la satisfaction d’accomplir plusieurs missions pendant votre journée et vous vous sentirez efficace justement parce que vous saurez mieux gérer la situation.

  1.  Le planning : votre nouveau meilleur ami

Pour vivre ses journées en pleine conscience, il n’en reste pas moins indispensable de mettre en place une organisation béton.

Considérez que vous êtes un chef d’entreprise avec des missions, des salariés à gérer et planifiez tout : de l’heure du levé à celui du couché ! Inscrivez tout ce que vous avez à faire dans votre agenda et partagez-le avec votre conjoint.

Mettez-y également vos moments « personnels » comme la demie-heure de sport que vous voulez faire ou la plage horaire de lecture que vous voulez avoir.
Une fois écrit : respectez votre planning et appliquez la pleine conscience.

Peu importe les imprévues, revenez à chaque fois à ce cadre et votre journée sera riche de réalisation et d’épanouissement.

3.   Revoir l’ordre des priorités

Le télétravail est à double tranchant. Lorsque vous êtes seul dans votre mission, vous pouvez plus ou moins organiser la teneur de votre travail. Finalement, vous êtes maître à bord.

Cependant les choses se compliquent dès lors que vous êtes en collaboration ou en interaction avec plusieurs interlocuteurs. Les RDV ou les réunions pleuvent, les informations fusent et vous constatez à quel point vos collègues ont beaucoup de choses à faire, tout comme vous ! Chacun a ses priorités et pense que les autres personnes ont les mêmes. Leurs urgences deviennent donc naturellement vos urgences.

Dans ce type de contexte, le risque c’est que votre organisation soit constamment bouleversée par celle des autres. Pour éviter cet écueil, usez et abusez de la matrice d’Eisenhower. Elle vous sera d’une grande aide pour gérer vos priorités. 

L’idéal est de la remplir le dernier jour travaillé de la semaine afin de finir sur une sensation d’efficacité et surtout pour avoir une vue sur ce que vous aurez à faire la prochaine semaine, c’est rassurant et c’est cadrant ! Évidemment cette matrice sera amenée à changer au cours de la semaine mais elle sera une base de travail fiable. 

Matrice d'eisenhower
  1. Faire du sport à domicile.

Vous n’imaginez pas à quel point le sport peut être salvateur dans ce type de contexte.

Rien de mieux que de pratiquer quelques exercices physiques en extérieur ou à domicile pour s’aérer l’esprit, se vider la tête et fatiguer physiquement son corps.Vous dormirez mieux la nuit, vous serez plus dynamique la journée et vous resterez hyper positif sur le long terme.Choisissez ce que vous aimez et ce que vous êtes en capacité de faire. N’oubliez pas, encore une fois, de planifier votre séance dans votre agenda et de vous y tenir !

Pourquoi ne pas en profiter pour la partager avec votre conjoint et vos enfants? Cela peut aussi être l’occasion de vivre un moment agréable en famille.  

  1. Déléguer et demander de l’aide.

Nous ne sommes pas des super-héros. Nous sommes faillibles, nous avons peur et nous faisons des erreurs.

Il est normal que les situations sanitaire, sociale et économique actuelles génèrent des craintes, du stress et provoquent de l’instabilité. Tout le monde s’adapte comme il peut, avec les capacités dont il dispose.  Mais parfois il est aussi important de reconnaître que nous ne ne sommes pas parfait et que nous ne pouvons pas tout faire seul.

La seule solution est de s’appuyer sur les autres pour vous aider. Osez parler avec une personne de confiance au sein de votre famille, de vos amis ou de votre entreprise. Si c’est une personne de confiance, elle ne vous jugera pas et pourra peut-être vous rassurer ou vous aider.

N’hésitez pas non plus à demander de l’aide auprès de vos familles, de vos voisins ou de parents d’élèves disponibles pour faire garder vos enfants. Enfin, gardez en tête que parfois vous n’avez pas le choix et que vos enfants devront regarder (pour leur plus grand plaisir) la télévision plus longtemps que d’habitude.

Mais ne dit-on pas « à contexte exceptionnel, mesures exceptionnelles » ?

Laisser un commentaire